Pour commencer un blog littéraire qui se veut léger (c’est une constance dans mes écrits, je ne sais peut-être pas faire autrement), peut-on rêver mieux que l’annonce de la création d’un prix Françoise Sagan ? J’ai puisé l’information dans le Figaro Magazine du 20 février 2010. Autre constante : je ne peux m’empêcher de citer mes sources, avec une prédilection pour la presse de droite. Mais bon, je furète aussi ailleurs. Chris et Joseph Vebret ont parfois souligné mon abus de citations. Mes premiers Propos insignifiants sont, pour leur donner raison, composés de 99 % de propos cités consciencieusement. Le 1 % restant représente des moments d’égarement. Mes chroniques publiées sur papier présentent un défaut assez semblable, mais avec des pourcentages moindres.

Le Prix Françoise Sagan sera doté de plusieurs milliers d’euros et sera décerné par un jury « composé de 12 membres parmi lesquels Patrick Besson, Jean-Marc Roberts, Delphine de Vigan, Jérôme Garcin, Nicolas Vaude. Et peut-être Frédéric Mitterrand ». Non seulement je cite, mais recopier une liste de noms ne m’effraie pas non plus. 

La partie « Culture et art de vivre » du Figaro Magazine est devenue une sorte de bazar. La rubrique « Littérature » est suivie, quelques pages plus loin, d’une rubrique « Fig Mag/Livres ». On a connu la droite plus ordonnée. Ainsi, où peut-on trouver les belles pages consacrées à Alberto Moravia, dans la littérature ou dans les livres ? Jouant les maîtres du suspens en d’autres occasions, je m’empresse de répondre : dans une rubrique « Il était une fois ».